· 

Les douleurs au genou

Une douleur chronique du genou est un motif fréquent de consultation. L’anamnèse apporte généralement un faisceau d’arguments suffisamment pertinents pour en déterminer l'origine

 

Il peut s'agir de douleurs extra articulaires, mécaniques ou de blocage de l'articulation.

La première est d'origine tendinienne, la deuxième est articulaire laquelle ne survient qu'à la marche, la troisième entraîne un blocage de l'articulation et entraîne un traitement chirurgical.

 

L'articulation du genou est la seule articulation du corps humain qui est obligée de se plier vers l'arrière pour avancer. Symboliquement, le genou est donc l'articulation qui regarde vers le passé pour avancer vers l'avenir. Une douleur de cette articulation représente donc une difficulté à avancer lorsque l'inconscient nous signale une difficulté à se déplacer vers l'avant.

 

Le mot genou est significatif : le "je" - "nous". Notre mobilité et le regard que nous posons sur la personne qui vit avec nous ou dont la présence dans notre quotidien nous indique l'état de la relation que nous entretenons avec elle.

 

Il ne s'agit pas de la personne en elle-même mais de la représentation que nous avons d'elle et de la qualité de la relation vécue.

 

Au moyen-âge, les chevalier mettaient "genou en terre" pour indiquer leur adoubement à leur Roi.

 

Le chevalier adoubé met un genou à terre, symbole de sa loyauté et de son respect envers l'autorité.

 

De même pour le mariage. C'est à la cour du Roi Guillaume IX d'Aquitaine que l'on décrit pour la première fois la scène qui codifie les règles de l'art d'aimer. Pour plaire à sa Mie, un beau chevalier doit se mettre corps et âme au service de sa Dame, être sans cesse à l'affût se ses désirs et lui rester inébranlable de fidélité. 

 

Le genou du chevalier lors de son adoubement devant le Roi est le genou droit qui se "met en terre" tandis le prétendant à sa Mie doit mettre le genou gauche en terre.

 

Ainsi, il est plus fréquent que les hommes aient des douleurs chroniques à leur genou gauche tandis que les dames aient des douleurs chroniques à leur genou droit....

 

Il ne s'agit pas de penser que la personne qui vit à nos côté "je-nous", ait une quelconque responsabilité du fait de la douleur mais de la représentation que nous avons de notre relation avec elle.

 

Pour avoir une compréhension de cette douleur chronique, les questions à se poser sont : dans quelle mesure j'exerce sur l'autre un contrôle ou un pouvoir qui me "fait mal" ou inversément, dans quelle mesure le conjoint (genou droit) ou la conjointe (genou gauche) exerce t elle un pouvoir ou un contrôle exacerbé sur moi qui me fait mal lorsque j'avance?